Rivières Pourpres

Abreuvent nos sillons

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral


Médiation

  • Apprendre à faire ensemble
  • Écologie
  • Ressource en eau
  • Risques naturels
  • Risques technologiques

Documentation

Investigations

  • Ailleurs

Biohackerspace

  • Matériels de base
  • Prototypes
  • Design pattern
  • Bio IndieCamp

Adapater chez vous


Contact

Utiliser ce wiki

Conditions de vos données

start

Le 14 juin à Châteabourg, ille-et-Vilaine, un ruisseau alimentant la Vilaine, rivière qui traverse la ville de Rennes, a été rempli de sang animal.

Cette pollution industrielle marquante et catastrophique n'est pas un cas isolé, ni sur ce bassin versant, ni ailleurs en France.

Nous faisons de le choix de nous réunir et d'agir dès à présent et de nous séparer que lorsque nous aurons doté les personnes de ses environnements des moyens de reprendre leurs droits à des espaces-temps vivants, libres et sains, et que le respect de l'environnement avec les droits humains et non-humains soient

Ce wiki est l'un de nos dispositifs. Il contient :

  • Des explications, de la médiations
  • De la documentation des nos actions, de nos méthodes, de nos outils, de nos actes
  • Des investigations
  • Des prototypes
  • Des résultats d'analyses
  • Des moyens pour le faire chez vous et avec d'autres
Une intention déposée sur un espace-temps public, partagée par-delà nos propres et intérêts, dont nous partageons les ressources par les rencontres, l'écrit et le numérique.

Une démarche de design libre appliquant un principe permanent de documentation libre et de sources ouvertes dans des actions communes.

Une configuration sociale dans laquelle des personnes, des entités individuées, se rencontrent et qui s’engagent intentionnellement à la conception d’une représentation commune, c’est-à-dire à responsabilité partagée

Des circonstances de rencontres

Travailler dans ces circonstances d'accidents et de catastrophes naturelles et / ou technologies nous à révéler plusieurs points de notre vie en société qui maintiennent notre attention :

  • Nous sommes déboussolé⋅e⋅s dans le quotidien, encore plus dans l'urgence ou face à une catastrophe
  • Nous avons oublié beaucoup de savoir-être et de savoir-faire ensemble
  • Un vivre ensemble est autant à réinventer qu'il est exprimé comme un besoin pressant par grand nombre de personne
  • Nos corps et nos pensées sont imprimés par évènements répétés
  • Retisser des liens reste une priorité pour beaucoup
  • (Re)Travailler des imaginaires critiques et enthousiastes permet de tendre vers des résiliences

Nous avons également observer des inégalités infligées aux personnes dans différentes situations de menaces (environnement, écologie, sociale, numérique…)

Ce problème grave et profond provient souvent d'une égalité considérée uniquement basée sur l’accès à une ressource (information, méthode de protection, soins, l'eau, la nourriture…)

Ceci est une forme de discrimination, ceci est une forme d’inégalité, ou de non équité. Car le fait de se rendre capable de disposer de cette ressource est multifactoriel. Si le rapport entre l’inégalité et l’égalité ne se prend en question, sur les capacités à user de ces facteurs, de manière effective et profondément posée, alors il y a inégalité. Parfois et même souvent non dite et invisibilisée.

Avoir le droit d’accéder et disposer d’une eau de qualité ou d’ouvrages en bibliothèque est intimement corrélé aux droits aux capacités mobilisables pour l’accès à cette eau (sais-je lire une qualité de l’eau et puis-je avoir accès à cette eau par mes moyens) ou à cet ouvrage ou d’un passeport (heure d’ouverture, maîtrise du langage d’écriture, compréhension des enjeux, enjeux des fichiers d’informations personnelles collectées…).

D'autre part, il serait un non-sens de traiter de problème collectif,dépassant même ce collectif, autrement qu'en se réunissant et en entrant en amicalité sur des enjeux de grandes ampleurs. Nous proposer d’arpenter les Communs, ici notamment l'eau − les sols − la biodiversité, par la compréhension d’une ressource, sans s’y restreindre, non instrumentalisée du non-humain qui tend à nous humaniser. Il s’agit alors de s’assembler autour d’une ressource par amitié pour s’humaniser.

Enfin, nous constatons dans notre Histoire ainsi que sur notre présent la formidable énergie que se déploie lorsque des personnes se rencontre,t, qui plus est si ces personnes décident que ces rencontrent deviennent un des mécanismes principaux pour faire société et protéger les plus fragiles et ce qui est attaqué.

Notre démarche est d'abord et toute chose une démarche de rencontre

De l'hospitalité

Le mot latin hospitalis (Du radical de hospes, hospitis avec le suffixe -alis), ou celui de hospitalitas, a donné les mots dérivés hôte, hôtel, hôtellerie, hôpital ou encore hospitalité. Dans l’ancien français, l’hostel est une « maison où l’on habite »

Hôte : du latin hospĭtem, accusatif de hospes (« celui qui est reçu, l’invité, le voyageur » et « celui qui reçoit »). Par cette racine latine, hôte est apparenté à hôtel (et ses dérivés) et à hôpital.

Nous faisons le choix d'habiter là où nous sommes, de recevoir autant que nous sommes reçus par d'autre dans notre démarche, par nos intérêts et leurs diversités. Nous tentons d'être excellents en hospitalité les un⋅e⋅s et envers les autres dans notre intention collective.

La quotidienneté est remplie de nos corps, donc de nos choix, y compris sur l'environnement qui se trouve aujourd'hui menacé et abimé chaque jour outre mesure. Nous nous refusons à glisser dans un banalité du mal, quelque soit la cible de ce mal.

« Traiter de la banalité et critiquer la vie quotidienne ont en commun le désenchantement qu’elles provoquent vis-à-vis de la politique. Mais distinguer l’un de l’autre est un préalable à toute compréhension profonde des stigmates occasionnés dans la société française par l’actuelle crise de la politique. » Banalité, quotidienneté et vie active. Arnaud Spire − Dans Nouvelles FondationS 2006/1 (n° 1), pages 175 à 180

Un processus en Tiers-Lieux Libres

Le tiers-lieu, dans son acception politique. Une configuration sociale qui s’invente pour prendre prise sur le quotidien d’un monde catastrophé.

Nous choisissons pour traiter ces problèmes environnementaux de nous appuyer sur des rencontres répétées, avec leurs modalités documentées, sur l'hospitalité et la réciprocité entre les individus, décrites et adossées à un code de conduite.

C'est à dire, de nous organiser en Tiers-Lieux libres et de source ouvertes partout où les circonstances l'exigent.

Nous choisissons de porter un attention perpétuelle aux enjeux critiques qu'une configuration en tiers-lieux pour aborder.

Nous ajoutons à cette configuration documentée et éprouvée des caractéristiques substantielles à cet exercice social :

  • Mettre en évidence les jeux de pouvoir, de lobbying et les conflits d'intérêts ;
  • Décrire les désastres environnementaux ;
  • Mentionner les injustices, les biais raciaux, sexismes et discriminations ;
  • Mettre en évidence les bénéfices disproportionnés ;
  • Découvrir les groupe avantagé par rapport aux autres ;
  • Conscientiser les intervenants sur les arrangements, le pouvoir, les privilèges, les jeux d'influence
  • Rechercher le consensus par la voie de la délibération en vue de prendre soin des personnes et des Communs, l’écoute et l'entente pour un accord argumenté et justifié ;
  • Démystifier les langages techniques afin de faciliter la compréhension ;
  • Considérer les demandes de reconnaissance et les nourrir
  • Pratiquer la discussion argumentée la plus ouverte possible et la plus libre − Égalité et Liberté de participant⋅e⋅s au processus
  • Argumenter : toute affirmation peut être l'argument qui résiste à toutes les objections est provisoirement le meilleur, c'est à dire le plus rationnel ;
  • Entretenir le libre arbitre ;
  • Le principe de réversibilité : tout accord doit pouvoir être remis en question si de nouveaux arguments apparaissent

Un Biohackerspace hospitalier de campagne

Un espace-temps qui est plus que 4 murs en un toit. Une dynamique collective libre qui s'équipe des moyens nécessaires à la déconstruction des empilements informationnels, à l’émancipation et à l'acquisition de capacités de faire par soi-même à la fois la critique et à la fois la construction de nouvelles configurations et informations.

Il s'agit tout autant de se rencontrer, que d'essayer de faire des choses en se trompant, que de faire de l'art, que de faire des analyses de nos environnements, que de fournir à d'autres et ailleurs des moyens de s'organiser à leur tour et à la leurs manières.

Dans et par ces rencontres, nous établissons un laboratoire libre et citoyen qui se donnent les capacités de traiter de biologie, de chimie, d'écologie, d'information et de numérique (y compris avec un medialab si besoin), d'informatique. Permettant ainsi aux personnes de répondre à leurs besoins situés, permettant ainsi à ces personnes de fournir des support d'éclairage sur des situations qui impactent au-delà de cette communauté de pratiques, permettant ainsi à ces personnes de transmettre ailleurs les savoir-être, savoir-faire, vivre ensemble acquis et éprouvés.

Il s'agit d'un biohackerspace hospitalier qui peut être mobile, ou éphémère, ou régulier ou permanent, voire un peu de tout ça à la fois.

start.txt · Dernière modification: 2019/07/04 21:13 par goofy